Jazz

Ari Hoenig, «Lines of Compression»

(Naïve/Musikvertrieb) Que des ascensionnels, de ces protégés du consensus qui ont l’art de ne pas dire la même chose que les autres. Ou de le dire si différemment qu’on se sent à nouveau concerné par les histoires qu’ils racontent...

Genre: JAZZ
Qui ? Ari Hoenig
Titre: Lines of Oppression
Chez qui ? (Naïve/Musikvertrieb)

Que des ascensionnels, de ces protégés du consensus qui ont l’art de ne pas dire la même chose que les autres. Ou de le dire si différemment qu’on se sent à nouveau concerné par les histoires qu’ils racontent. Outre le leader Ari Hoenig, qui caresse tout haut le rêve d’une batterie rendue à ses pulsions mélodiques refoulées, on aimerait nommer dans ce quintette soudé le guitariste Gilad Hekselman, «scofieldophile» émancipé aux élans fluides, et le pianiste adulé du moment Tigran Hamasyan, qui cisèle dans «Moanin’» son solo peut-être le plus cultivé et en tout cas le plus singulier dans son rapport amoureusement contestataire avec la tradition. Six compositions sur dix sont de Hoenig, elles ne devraient laisser personne indifférent.

Publicité