Lyrique

«Ariane à Naxos», un défi réussi à l’Opéra de Lausanne

Cet opéra, sur un brillant livret de Hofmannsthal, est habilement mis en scène par David Hermann. Les voix, jeunes et de haut vol, ainsi que l’accompagnement musical concourent à la réussite du spectacle

Comment marier la tragédie et la commedia dell’arte? Comment faire cohabiter deux genres a priori si antinomiques? C’est toute la question qui sous-tend Ariane à Naxos de Strauss. Un véritable débat philosophique doublé d’une histoire d’amour un brin alambiquée qui apporte un dénouement extatique à cet opéra subtil et raffiné.

L’intrigue, brillante, touffue, complexe, signée Hugo von Hofmannsthal, est une réflexion sur le monde du théâtre. Dans une riche demeure viennoise doit être joué un opéra sérieux assorti d’un opéra bouffe italien. Mais le Compositeur apprend quelques minutes avant la représentation que des éléments de l’opéra bouffe y seront incorporés – ce qui le met dans tous ses états. La tension atteint un nouveau pic lorsque le Majordome annonce que, pour satisfaire les ordres du commanditaire, l’opéra sérieux et l’opéra bouffe devront être joués simultanément!