feuilletonistes

Arsène Lupin, un héros d’avant lapremière guerre

C’est avant 1914-1918 que Arsène Lupin vit ses aventures les plus palpitantes et les plus inventives

Paris, le pays de Caux, les châteaux fortifiés et gardés et les hôtels particuliers au coffre-fort bien garni, mais encore les prisons, paquebots, chaumières ou les grottes fantastiques, voilà les lieux où Lupin opère et se retire. La France est le théâtre privilégié et presque unique des aventures du gentleman cambrioleur, qui fera même preuve, sur le tard, d’un certain chauvinisme. L’Allemagne apparaît dans ses aventures comme une inquiétante puissance étrangère tandis que l’Albion est, comme on s’y attend, plutôt «perfide».

Selon Jacques Derouard, distingué lupinologue, le monde privilégié d’Arsène Lupin est avant tout celui des tout débuts du XXe siècle, avant la guerre de 1914-18. C’est une époque qui aime la littérature d’action, qui se passionne pour les affaires criminelles et les récits d’escroqueries et qui découvre avec émerveillement le progrès et ses avatars encore enchantés. Durant la guerre, les romans de Maurice Leblanc s’assombrissent et Lupin y fait des apparitions plus fugaces. Après-guerre, Arsène Lupin revient, mais ses facéties sont moins décoiffantes que dans ses premières aventures. Une part de l’enchantement s’est dissipée dans le massacre.

Publicité