Un pressier à l’honneur

Estampe Les artistes édités par Raynald Métraux exposés à Yverdon

Un samedi de décembre, il fallait voir la fascination d’un petit groupe de visiteurs dans l’atelier de Raynald Métraux, dans le Flon lausannois, devant l’œuvre collective express qu’ils étaient en train de créer avec son aide. Ils ont dessiné au crayon gras sur la pierre calcaire avant que le pressier ne fixe leurs traits et encre la plaque selon tout un processus où le dessin disparaît et réapparaît. Puis il actionne sa presse et le tirage est mis à sécher avec de petites pinces au mur. Chacun emportera son exemplaire en souvenir de ce moment magique. La présentation avait lieu dans le cadre de Plateforme(s), une exposition qui rend hommage à Raynald Métraux au Centre d’art contemporain d’Yverdon (CACY).

Depuis près d’un quart de siècle, ce pressier travaille avec les artistes les plus divers pour éditer des œuvres d’une grande qualité. C’est à cette histoire que fait écho l’exposition, avec des mosaïques d’œuvres où l’on se plaît à reconnaître les styles des uns et des autres, à se laisser surprendre, à retrouver des oubliés. Ian Anüll, Francis Baudevin, Alain Huck, Michel Huelin, Robert Ireland, Jean-Michel Jaquet, Mingjun Luo, Jean-Luc Manz, Olivier Mosset, Amy O’Neill, Carmen Perrin, ils sont tous là. Beaucoup d’entre eux ont découvert la pratique de la lithogravure avec Raynald Métraux. ­Artisan partageur, attentif et exigeant, il travaille sur commande mais fait aussi des propositions aux artistes, qu’il édite et expose dans le petit espace contigu à son atelier.

Ondulations aquatiques

L’exposition plonge dans l’histoire de l’atelier, mais surtout, de salle en salle, on découvre des œuvres récentes, des inédits même, nés pour l’occasion dans l’atelier du Flon. C’est le cas des tirages aux douces ondulations aquatiques d’Anne Peverelli, qui sont d’habiles symphonies de bleu et de vert. Ou encore des variations colorées autour de la même phrase – tell the women we are going – de Christian Robert-Tissot.

Une magnifique série de Didier Rittener, qui combine le portrait, le paysage, la figure géométrique et l’écriture, s’habille de noir sur tout un mur. Jean-Michel Jaquet rythme une Grande Partition, une série de dessins qui tiennent de la musique, de l’alphabet, de la figuration de l’humain, sur un autre mur. On retrouve aussi de nouvelles impressions très rouges de collages de François Burland, des séries de demi-cercles noirs de Claudia Comte.

Ces derniers répondent à une vidéo de la même artiste projetée sous une arcade, promenade dans un fjord où l’on retrouve le même pattern circulaire qui vient obturer l’image et qui rappellent, comme d’autres interventions (la peinture murale d’Hadrien Dussoix, les collages de journaux au pied des piliers de Mingjun Luo) que pour tous ces artistes la gravure est un média parmi d’autres, dans un va-et-vient fructueux.

Plateforme(s), Centre d’art contemporain, Yverdon-les-Bains. Me-di 12h-18h, jusqu’au 1er fév. Visite guidée par Karine Tissot, directrice du CACY, en présence de Raynald Métraux me 7 janv. à 18h30. www.centre-art-yverdon.ch