Au Mamco, on a craint un moment que Walead Beshty corrige au stylo rouge le communiqué de presse qui accompagne sa rétrospective et qu’il demande à le publier ainsi raturé. Ce qu’il a fait en 2014 lors de son exposition chez Petzel, sa galerie new-yorkaise. Ce texte, il l’expose encadré au même titre que ses autres pièces au Musée d’art moderne et contemporain (Mamco) de Genève. L’artiste californien traîne derrière lui la réputation de tout contrôler. Sauf quand il décide de laisser faire le hasard.