A Dakar, la colère gronde dans l’ombre d’une tour futuriste en construction. Les ouvriers n’ont pas été payés depuis trois mois. La crise économique se double d’une tragédie amoureuse: la belle Ada retrouve sur la plage l’homme dont elle est amoureuse. Mais elle est promise à un autre et Souleiman prend le large: il va tenter de rejoindre l’Europe en pirogue. Ada sombre dans le désespoir.

Mati Diop, 36 ans, est la nièce du cinéaste Djibril Diop Mambéty. Son premier long métrage de fiction est projeté à Cannes, en Compétition officielle. Cet honneur n’a rien à voir avec un souci de parité, il salue l’originalité d’un film qui oppose tradition et modernité, qui conjugue les contingences de l’économie et la réalité de l’invisible sur un rythme hypnotique. Cela dit, la réalisatrice franco-sénégalaise est la première femme métisse à entrer dans la plus prestigieuse des sections cannoises en 72 éditions…