Marché de l'art

Aude de Kerros: «Nous évoluons vers un monde artistique multipolaire»

Il y a cinquante ans, les Etats-Unis ont détrôné l’Europe en faisant de New York la capitale du marché de l’art contemporain. Un phénomène qu’analyse l’essayiste française Aude de Kerros, mais dont les règles du jeu tendraient aujourd’hui à s’effriter

Graveur, peintre et essayiste, Aude de Kerros est l’auteure de plusieurs ouvrages critiques démontant les mécanismes de fonctionnement de l’art contemporain. Elle vient de publier le livre Nouvelle Géopolitique de l’art contemporain dans lequel elle explique notamment comment les Etats-Unis ont inventé et promu, en s’appuyant sur les auctioneers, les grands collectionneurs et les foires d’art, une forme de création spécifique à visée financière qui a disqualifié les autres formes d’art d’aujourd’hui.

Le Temps: En 1960, Paris est encore la capitale mondiale du marché de l’art. Comment les Etats-Unis sont-ils parvenus en un court laps de temps à détrôner l’Europe de son leadership?