Opéra

Aurélien Bory: «Dans «Orphée et Eurydice», je trouble l'espace du regard»

Avec un habile jeu de miroir et reflets, le metteur en scène Aurélien Bory donne vie au mythe grec mis en musique par Gluck, qui clôt la saison de l'Opéra de Lausanne

C'est l'histoire d'un voyage périlleux. Celui du musicien et poète Orphée, descendu jusqu'en Enfer pour y récupérer la nymphe Eurydice, morte pendant leurs noces d'une morsure de serpent. Oui mais voilà: si les Dieux permettent à Orphée d'aller rechercher sa promise dans les bas-fonds, il y a une condition: ne pas la regarder avant d'avoir rejoint le monde des vivants. Fatalement, Orphée, inquiet et impatient, ne peut résister à se retourner. Et perd une deuxième fois sa bien-aimée...

Lire aussi: «Orphée et Eurydice», la mort à bout touchant