Romancière, autobiographe, essayiste et traductrice, Diane de Margerie a consacré, avec Aurore et George (Albin Michel, 182 p.), une jolie étude à l'enfance de George Sand, pour le 200e anniversaire de sa naissance. Le père de la petite Aurore Dupin meurt quand elle a 4 ans et sa grand-mère paternelle l'arrache à sa mère pour l'élever à Nohant, avant de l'envoyer au couvent. A partir des scènes traumatiques vécues par l'enfant, l'essayiste analyse finement, en s'appuyant sur l'œuvre (notamment la monumentale Histoire de ma vie et le roman François le Champi), son obsession de la mort, son désir de ne jamais choisir entre deux situations, enfin la naissance – à travers la correspondance – de sa vocation d'écrivain: en réparant des liens déchirés, elle permettra à George de consoler Aurore.