Le 15 août 1969, parmi les plusieurs centaines de milliers de spectateurs qui assistent à Woodstock au concert du sitariste Ravi Shankar, un certain Mitch Epstein. Né dix-sept ans plus tôt dans le Massachusetts, le jeune homme est profondément hypnotisé par la culture indienne, découverte une année auparavant lors de la visite des Beatles dans l’ashram de Maharishi Mahesh Yogi. Dans la préface de son livre In India (Ed. Steidl, 2021), il avoue même s’être offert pour 35 dollars un cours d’initiation à la méditation transcendantale. Egalement marqué par les photographies prises en Inde par Henri Cartier-Bresson, il a alors fait de ce pays une sorte d’eldorado lui permettant de rêver à autre chose qu'à sa morne adolescence américaine.