Voyage au bout de la nuit

Un hermaphrodite de quatre-vingts ans, un souffle de cheval, trois chanteuses pas bêcheuses qui cherchent leurs voix dans l'ombre. Tels sont quelques éléments forts du Voyage au bout de la nuit, spectacle de l'Italien Romeo Castellucci. L'année passée, cet artiste hors norme avait choqué une partie du public d'Avignon en exhibant dans Giulio Cesare des corps monstrueux. A travers l'œuvre de Louis-Ferdinand Céline, il dira en musique l'horreur du siècle.

Cour du Lycée Saint-Joseph,

les 15, 16, 18, 19, 20 et 21 juillet à 22 h.

Petits Contes nègres titre provisoire

Le seul luxe pour la Compagnie Royal de luxe est le pavé sur lequel le metteur en scène Jean-Luc Courcoult déploie depuis une dizaine d'années ses marionnettes géantes et ses poulies pour régaler le public de rue. Dans Petits Contes nègres titre provisoire, c'est l'Afrique qu'il convoque sur scène.

Place du Palais des Papes, du 9 au 18 juillet à 18 h, relâche le 14, le 19 à 11 h.

La Tempête

Deux magiciens affrontent La Tempête de Shakespeare: Prospero d'abord, ce personnage inventé par le grand Will, qui aborde sur une île déserte et libère les esprits qui y sont enfermés. Giorgio Barberio Corsetti, ensuite, metteur en scène italien qui a plus d'un tour dans son sac pour délier les passions humaines.

Théâtre municipal, les 11, 12, 13, 15 et 16 juillet à 21 h 30.

Triplé gagnant

Shopping & Fucking et Sous la Ceinture, deux spectacles au titre alléchant mis en scène par l'Allemand Thomas Ostermeier; lequel tempère ici les ardeurs sexuelles de ses personnages par Homme pour homme, une pièce de Brecht qui complète son programme théâtral.

Baraque Chabran, du 11 au 22 juillet à 18 h.

Personne n'épouse les méduses

Angelin Preljocaj était l'enfant terrible de la danse contemporaine. Puis il s'est assagi. Le chorégraphe d'origine albanaise promet aujourd'hui de «massacrer les pistes». Dans Personne n'épouse les méduses, il étrille la télévision. Où ça? Dans la Cour d'honneur du Palais des Papes, «une opportunité et un désastre», dit-il.

Palais des Papes, du 21 au 25 juillet, à 22 h