Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

classique

Avouons que nous n’avons pas été renversé par ce Concerto pour violon de Brahms

Avouons que nous n’avons pas été renversé par ce Concerto pour violon de Brahms servi par Isabelle Faust, Daniel Harding et le Mahler Chamber Orchestra

Genre: classique
Qui ? Johannes Brahms
Titre: Concerto pour violon, Sextuor à cordes N° 2
Chez qui ? (harmonia mundi/h.mundi-Musicora)

Avouons que nous n’avons pas été renversé par ce Concerto pour violon de Brahms servi par Isabelle Faust, Daniel Harding et le Mahler Chamber Orchestra. L’intention est de diminuer le vibrato pour approcher l’univers sonore à l’époque de Brahms, mais le premier mouvement (avec une cadence de Busoni) manque de fébrilité. La courbe expressive paraît un peu mesurée, le violon s’insère dans les textures orchestrales – ce qui est logique – sans imposer une présence rayonnante. L’«Adagio» est plus réussi, d’un lyrisme très touchant, et le «Finale» respire un élan mutin. Ce qui fait le prix de ce disque, c’est le Sextuor à cordes N° 2 offert en complément. Interprétation très fine et engagée, qui magnifie les clairs-obscurs de cette musique sublime.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps