Critique

La babysitter qui venait de l’Est

«Onder Ons», de Marco van Geffen

Ewa quitte la Pologne pour aller babysitter en Hollande. Elle est douce, l’enfant l’adore, mais elle s’avère timide, distraite, distante. Son comportement devient de plus en plus inquiétant. Par ailleurs, un violeur sévit dans la région. Ses patrons la renvoient chez elle.

Le film reprend en adoptant un autre point de vue, celui de sa copine Maga, autre bonne polonaise, qui n’a pas sa langue dans sa poche. Onder Ons change quatre fois d’angle narratif, sans maîtriser ce dispositif masquant mal un scénario d’une minceur coupable. Si un soir d’hiver, on tombe sur ce téléfilm étique à la télé, on zappera. On évitera ainsi l’image finale, d’une obscénité coupable, qui montre une fille assassinée, flottant fesses dénudées sur la rivière. (Compétition internationale)

Publicité