A l'Expo universelle d'Aichi, un hit-parade du baratin ferait fureur. Placée sous le thème «La Sagesse de la nature», l'Expo est censée rendre hommage à la grandeur de notre planète et proposer de nouveaux modèles de société, loin de la consommation qui pollue et des politiques qui pillent les ressources. Du coup, les pays se livrent à une compétition à qui racontera n'importe quoi, le plus sincèrement possible. Les Etats-Unis, qui font l'apologie de leur Benjamin Franklin, vantent les mérites et les défis du XXIe siècle sans évoquer la surcharge de CO2, l'égoïsme des 4 x 4 ou le déclassement de l'Alaska pour y puiser du pétrole. Pour mieux dévier, ils montrent l'avion des frères Wright, le petit véhicule envoyé sur Mars ou une voiture du futur, avec logo GM en sus.

L'Arabie saoudite fait aussi fort en évoquant ses «réserves massives» de ressources naturelles, sous-entendu: gaz et pétrole. «Massives», donc il n'y a rien à craindre: le pays est un «partenaire fort» pour les défis à venir. Et puis, dans ce pays berceau de l'islam («qui veut dire pays», rappelle un diaporama), le pétrole a permis de bâtir une société, avec frais médicaux et école gratis.

La palme de la mauvaise foi revient à la Russie. Ce pays modèle en matière d'écologie, qui a ratifié Kyoto sur le champ comme chacun ne l'ignore pas, lance qu'il «presse tous les pays, les communautés, les organisations à s'unir dans le but de résoudre les problèmes globaux de notre planète». Sans commentaire…

Chronique consacrée à l'Exposition universelle d'Aichi, au Japon.