L'ironie veut qu'elle succède à Robert Crumb et à son regard fantasmatique sur les femmes. Florence Cestac, qui a reçu samedi le Grand Prix de la Ville d'Angoulême, n'est que la deuxième femme, avec Claire Brétecher, a être ainsi récompensée depuis 1974. Comme Brétecher, c'est l'humour qui fait sa force.

On connaît ses personnages aux gros nez ronds, «héros» d'histoires aussi simples que désopilantes. Elle n'hésite pas, comme Crumb, à pratiquer l'autobiographie, avec notamment Démon de midi ou changement d'herbage réjouit les veaux, album-exorcisme de son divorce. Si le prix récompense avant tout l'auteur, Florence Cestac a aussi beaucoup œuvré pour la BD en tant que libraire et fondatrice des éditions Futuropolis. Par ailleurs, la présidente d'Angoulême 2001 publie aujourd'hui essentiellement chez Dargaud, dont le festival attend le retour l'an prochain après une année de bouderie.