Baechtold's Best (Collectif). Au Pays du Louvre. Riverboom. 62 p.

Qu'est-ce que les Baechtold's Best. Le résultat de la rencontre entre un journaliste, Serge Michel (qui est passé dans les pages du Temps), un photographe Paolo Woods, un touriste qui est aussi graphiste, Claude Baechtold. Et un principe très simple, beaucoup d'images, peu de mots. Des doubles pages illustrant un thème ou un sujet. A gauche de petites vignettes, à droite une grande photographie. Un pays presque sans paroles, mais très parlant. En 2006, ils éditent un premier livre sur l'Afghanistan. Ils sortent cette année Au Pays du Louvre, un condensé du plus grand musée du monde qui est une balade en dehors des circuits fréquentés par les voyages organisés.

Il y a quelques dizaines d'années, à une époque que l'on commémore avec application aujourd'hui, il était bien de dire que les musées sentaient la naphtaline et avaient autant d'attraits qu'un mausolée par temps de pluie. Ce sont à peu près les mêmes individus qui, quarante ans plus tard, dénoncent la transformation du Louvre et des autres institutions de la même espèce en parcs d'attractions culturelles. Avec Au Pays du Louvre, le musée échappe aux idéologies, haché menu avec la précision des cuisiniers japonais et la légèreté des sushis.

Sous le titre «direction», des tableaux dont les personnages indiquent quelque chose du doigt. Sous le titre «dessert», des natures mortes appétissantes. «Sein», une ribambelle de ce qu'on ne saurait voir mais qu'on a montré avec délice à toutes les époques de l'histoire de l'art, même celles qui punissaient gravement les péchés capitaux... Les 282 images ont été prises par le photographe Erich Lessing, dont les premiers clichés au Louvre datent de 1961. La diagonale est joyeuse; elle divertit de la componction religieuse qui est trop souvent de rigueur devant les chefs-d'œuvre et des savoirs qui sont aussi utiles qu'ils peuvent paralyser ou aveugler.

Il y a des milliers, des millions d'histoires au pays du Louvre, des surprises, des éclats, des coups de foudre... Celles du Baechtold's Best n'ont pas toujours la couleur des originaux. Qu'importe. Elles sont un appel à quitter le pays réel d'ici ou d'ailleurs, pour aller à l'aventure au pays des images inventées par les hommes.