Bernard Dumortier. Matériaux pour une histoire raisonnée des insectes. La Fosse aux ours, 96 p.

Bernard Dumortier est un spécialiste de la communication chez les insectes. Il a même reçu un grand prix de l'Académie Charles-Cros pour un disque qu'on aimerait bien écouter, Entomophonia, chants d'insectes. Mais ce charmant entomologiste est aussi un excellent communicateur quand il raconte aux humains le peuple de l'herbe. Les bruissantes chroniques modestement intitulées Matériaux… s'ouvrent sur une vision rétrospective: le Créateur fixa «son monocle triangulaire» sur le Tricératops et vit que cela était assez dégoûtant. Il décida alors de le maquetter en modèle réduit pour s'épargner «le spectacle d'un immense gâchis». Le monde des insectes est une réminiscence des temps préhistoriques, une rampe d'essai pour la création. L'auteur recense quelques-uns de ces monstres minuscules: la mante religieuse, la bête à bon Dieu, la mouche nécrophage, le sphinx et la demoiselle. Et aussi, le Lampyris noctyluca avec son lampion au bout de la queue et tous les sales hématophages – punaise, tsé-tsé et taon. Comme le savant a des lettres et une plume aussi fine que les pattes de ses modèles, qu'il joue des références littéraires et picturales, ce petit traité est un délice.