Artiste d'origine neuchâteloise, habitué des hauts sommets et des sports extrêmes, Bernard Turuvani présente pour la seconde fois à Rolle ses évocations de montagnes. Un «univers absolument tridimensionnel», vertical, bien propre à imposer sa puissance compacte, sa présence concrète. Pour restituer cet impact de la montagne sur l'être humain, l'artiste intervient sur des papiers assez minces, en partie froissés au préalable, malaxés, gondolés de surcroît par l'humidité de la peinture qui leur est appliquée. Ainsi, les plissements du papier, qui retiennent la couleur de manière inégale, le relief obtenu contribuent à évoquer les facettes des rochers, l'atmosphère des cimes enneigées.

Intrusion dans la «matière montagne»

Confronté à ces représentations, le visiteur s'y prend, croit souvent reconnaître la forme caractéristique de telle montagne, tant est prenante la vision proposée. Mais plus qu'une vision générale, celle-ci se veut l'intrusion presque physique dans «la matière montagne», entre les failles des rochers, parmi la poudre glaciale soulevée par le vent, près d'une coulée de neige. A l'expérience physique des sommets correspond donc un art lui aussi très physique, mais non moins subtil pour autant. On admirera les nuances bleutées, ou au contraire la gamme des noirs marquant les aspérités des pierres, l'espèce de trou d'air qui figure le ciel et qui aspire le regard.

La construction ne semble rien laisser au hasard. L'agencement des parois rocheuses, des zones brumeuses, des coins de silence, là, sur le même support, compose un tableau unifié, où le regard se promène sans se perdre. La technique mixte allie l'huile et le fusain, la matière couvrante et les traces plus grumeleuses.

Bernard Turuvani. Galerie Art Contact (Grand-Rue 11, Rolle, tél. 021/825 27 87). Me-ve 14-18 h 30, sa 11-17 h, di 14-17 h. Jusqu'au 12 décembre.