Le chanteur du groupe Noir Désir, 45 ans, se trouvait au domicile de Kristina Rady, 41 ans, et dormait au moment où son ancienne épouse, d’origine hongroise, s’est pendue dimanche à Bordeaux (sud-ouest), a-t-on appris lundi de source proche de l’enquête.

Bertrand Cantat a été auditionné par la police dimanche soir. Il est ressorti «digne et abattu», selon la même source. «Selon les premières constatations confirmées par certains éléments techniques, le décès est dû à un suicide par pendaison», a-t-on encore indiqué. Une autopsie devait être pratiquée lundi dans la journée.

Les deux enfants du couple, un garçon de 12 ans et une fille de 7 ans, n’étaient pas chez eux au moment des faits. C’est l’un d’entre eux qui a découvert sa mère à la mi-journée en rentrant, a-t-on précisé de source proche de l’enquête.

Bertrand Cantat et Kristina Rady avaient fait connaissance en 1993, lors d’un festival à Budapest, et s’étaient mariés en 1997. Le couple s’était séparé après la rencontre entre le chanteur et l’actrice Marie Trintignant. Un passion exclusive qui a duré un an et s’est achevé par un drame.

Dans la nuit du 26 au 27 juillet 2003, au cours d’une violente dispute dans un hôtel de Vilnius, Bertrand Cantat avait mortellement frappé Marie Trintignant. Plongée dans le coma, elle était décédée quelques jours plus tard d’un oedème cérébral.

Le chanteur avait été condamné en mars 2004 par la justice de Lituanie à huit ans de prison. Kristina Rady s’était alors toujours montré un soutien sans faille à l’égard de Bertrand Cantat. Dès l’annonce du drame à Vilnius, elle avait pris devant la presse la défense du chanteur pour le «soutenir, sans juger, sans prendre part».

Kristina Rady, interprète de formation, femme de lettres et de théâtre, a notamment traduit en hongrois le film d’animation Persepolis, de Marjane Satrapi.

Bertrand Cantat est sorti de prison en octobre 2007 dans le cadre d’une liberté conditionnelle, après avoir purgé plus de la moitié de sa peine, en partie en France.