Il faut bien chercher, comme dans une chasse au trésor. Le jeu de piste que Bertrand Chamayou a décrit par texto correspond à ce qu’on imaginait. Cour intérieure délicieusement fleurie, porte aveugle. A la fois protégé et accueillant, son domicile s’avère original, esthétique et pratique, avec une touche bohème mâtinée de respect patrimonial.

Le nom de la rue le dit. C’est d’un paradis qu’il s’agit. Un refuge patiemment acquis, transformé et décoré. On y découvre que le pianiste, célébré depuis des années dans son pays et en pleine ascension internationale, possède aussi beaucoup d’autres talents. Dont celui de concepteur architectural et d’amateur d’art contemporain. C’est lui qui a notamment réalisé le dessin des portes d’armoires arrondies et de l’escalier-étagère en bois et métal de la pièce principale.