Deux regards complémentaires pour une même réalité. Deux livres, accompagnés de divers événements en Suisse romande*, se penchent ces jours sur le Liban, ce pays parcouru d’entailles et de plaies, blessé, éventré, meurtri jusque dans son essence. Deux regards très particuliers: le théâtre, d’un côté, comme béquille ou comme remède possible face aux traumatismes et face à la violence. L’architecture et la photographie, de l’autre côté, comme témoignage implacable du saccage à l’œuvre.