Les 50 plus grands opéras du monde. 100 CD, Universal. Env. 129 fr.

C'est le coffret idéal pour tout apprenti lyricomane. On l'imagine aussi destiné à tout amateur d'opéra qui souhaite avoir une anthologie. Universal et RTL ont mis leurs forces pour offrir «les 50 plus grands opéras du monde» dans de grandes interprétations. Grandes, oui, car contrairement à de nombreux coffrets low-cost qui circulent sur le marché, et dont les interprétations varient du meilleur au pire, celui-ci convie les voix et les baguettes les plus prestigieuses. Les enregistrements sont des classiques de l'histoire du disque tirés des catalogues Decca, Deutsche Grammophon, Philips et Accord. On y trouve, parmi d'autres, Les Noces de Figaro, La Flûte enchantée de Mozart et Fidelio de Beethoven dans les belles versions de Karl Böhm, La Cenerentola de Rossini par Abbado et Teresa Berganza, La Somnambule, Norma de Bellini et Faust de Gounod par Joan Sutherland (premières versions), Puccini par Renata Tebaldi, les excellents Rigoletto par Kubelik et Vaisseau Fantôme par Dorati, La Walkyrie dans la version méconnue d'Erich Leinsdorf, Boris Godounov par Gergiev, Wozzeck de Berg par Dohnányi. Du beau linge pour défendre ces tubes auxquels on aurait ajouté Tristan und Isolde, Pelléas et Mélisande. Déception, en revanche, du côté des opéras baroques. Didon et Enée, Ariodante, Hippolyte et Aricie sont servis dans des versions stylistiquement dépassées. Low-cost oblige, la présentation est minimale. 200 pages avec le synopsis de chaque opéra, pas de livret, rien sur les interprètes. Le strict essentiel, mais va-t-on faire la fine bouche pour quelque 129 francs?