Un des phénomènes les plus marquants du marché de l'art durant ces trois dernières années est la transformation totale du marché du design. Toute la production, au départ industrielle, du meuble et des objets d'arts décoratifs des XXe et XXIe siècles est classée par les maisons de ventes aux enchères sous le terme générique du design. Cela va des meubles créés par de grands architectes tels que Le Corbusier ou Marcel Breuer, aux réalisations de maîtres tels que Jean Prouvé ou Jean Royère durant les années 50; et des créations Memphis de Ettore Sottsass durant les années 80 aux innombrables objets dus au Picasso du design, Philippe Starck.

Sous l'impulsion de marchands pionniers tels que Didier Krzentowski, fondateur de la Galerie Kreo à Paris, ou de David Gill à Londres, certains designers ont commencé à produire des meubles et des objets exceptionnels en séries limitées. Ron Arad et Marc Newson sont devenus des stars internationales du marché de l'art. Les prix atteints par leurs travaux lors de ventes aux enchères volent de record en record et rivalisent avec ceux obtenus pour des œuvres majeures d'art contemporain. Ce qui se justifie parfaitement car il s'agit d'artistes à part entière qui, plutôt que de s'exprimer par la peinture, la sculpture, le dessin ou la photographie, ont choisi la fabrication de meubles ou d'objets.

Si, il y a peu d'années encore, il n'existait que quelques marchands spécialisés dans le domaine, tout a changé récemment grâce aux foires consacrées au design qui se tiennent parallèlement à Art Basel et à Art Basel Miami. La FIAC, à Paris, a carrément incorporé le design dans son programme. Aujourd'hui, toutes les grandes galeries d'art contemporain incluent les meilleurs protagonistes de l'art du design parmi les artistes qu'ils représentent. Gagosian à New York montre Marc Newson, Luhring & Augustine montre Mattia Bonetti, le grand créateur tessinois, Sonnabend expose Jean Prouvé...

Grâce à cette assimilation par le marché de l'art contemporain, le réseau de distribution du design a centuplé. Comme le nombre des grands designers est encore plus limité que celui des artistes d'art contemporain, ce marché n'en est encore qu'à ses débuts; il a donc de beaux jours devant lui. Autre conséquence: le collectionneur qui achetait des tableaux de grande qualité, tout en se contentant de vivre dans un mobilier médiocre, est en voie de disparaître.