1960 Elia Suleiman naît à Nazareth de parents arabes à passeport israélien

1981 Il s'exile à New York, fait des petits boulots d'«immigré de base» et rencontre son mentor: John Berger

1991 Elia trouve les chutes d'un documentaire américain tourné en Cisjordanie. Il les monte en un documentaire expérimental: Introduction à la fin d'un argument. Les prix pleuvent

1992 Dans le court métrage Hommage par assassinat, Suleiman se filme pour la première fois:

son personnage, surnommé E. S., est un clown triste qui deviendra récurrent dans ses films

1994 Il s'installe à Jérusalem, puis à Paris

1996 Il réalise son premier long métrage de fiction, Chronique d'une disparition, Meilleur Premier Film à Venise

2000 Après deux courts, Rêve arabe (1998) et Cyber Palestine en 2000, son deuxième long métrage, Intervention divine, obtient le Prix du jury à Cannes.