Nourritures électroniques

Björk en réalité virtuelle

Son clip «Stonemilker», publié sous forme d’app pour iPhone, met à profit les développements de la réalité virtuelle

L’aube. Ou peut-être le crépuscule, allongés sur une plage islandaise au sable noire comme la cendre. Sur l’écran du smartphone, le vent joue avec les étoffes vert pomme dans lesquelles la chanteuse Björk est emballée. Elle chante «Stonemilker», ode à la clarté et aux émotions minérales qui se déploie sur les nappes d’un quatuor à cordes. Björk nous invite à la suivre, et lorsque l’on place l’appareil à hauteur des yeux, il suffit de tourner, lever ou baisser la tête pour entrevoir les perspectives multiples de ce rivage musical.

Le clip de «Stonemilker», publié sous forme d’app pour iPhone, met à profit les développements de la réalité virtuelle. Initialement conçu pour le système Oculus Rift (dont la sortie n’aura lieu que cette année), ce film à 360 degrés a été mis en ligne sur YouTube, avant de connaître ce nouveau traitement iOS. Il est désormais compatible avec les casques Freefly VR et VR One de Zeiss, avec le casque en carton de Google, ou simplement regardable en tenant le smartphone à l’horizontale.

Björk n’en est pas à ses premiers essais en matière de technologies: «Biophilia», son app de composition sonore et visuelle, fait partie de la collection du MoMA de New York. «Stonemilker» offre un dispositif plus simple: la musique, la nature, et la présence de la chanteuse, qui se démultiplie pour former une ronde shamanique et enveloppante autour de l’auditeur. Envoûtant, le résultat témoigne du potentiel de la réalité virtuelle en matière de culture et de création.

Publicité