L'auteur de bande dessinée belge René Sterne est décédé soudainement mercredi, à l'âge de 54 ans, dans les îles Grenadines (Caraïbes) où il s'était établi. Il était en train de travailler sur un nouvel album de la série Blake et Mortimer.

D'abord enseignant, il rencontre la dessinatrice Chantal de Spiegeleer, qui deviendra son épouse, et c'est ce qui le dirige vers la bande dessinée. En 1985, il publie Adler dans le journal Tintin, une série d'aventures exotiques attachantes au ton et au graphisme très personnels. Elle met en scène un aviateur déserteur de la Luftwaffe, aventurier au grand cœur qui se met au service des opprimés, contre les dictatures sud-américaines par exemple. Il n'hésite pas à glisser dans ses histoires un contexte politique et engagé: le dixième et dernier album de la série est d'ailleurs intitulé Le Goulag.

Mais, depuis 2004, le nom de Sterne était surtout associé à la reprise au dessin des aventures de Blake et Mortimer. Il avait succédé à Ted Benoît et travaillait avec beaucoup de minutie et de passion sur une histoire de Jean Van Hamme en deux épisodes, La Malédiction des trente deniers. Il avait appris à lire dans les albums d'Edgar P. Jacobs, aimait-il à rappeler, et il entendait, dans le respect du cahier des charges de la reprise, «donner [sa] propre interprétation de cette symphonie jacobsienne» (interview au site ActuaBD).

«René avait dessiné un peu plus de la moitié du premier album, indique Philippe Osterman, directeur éditorial chez Dargaud et responsable de Blake et Mortimer. Il devait sortir en 2009, après un album de l'équipe André Juillard et Yves Sente début 2008. Il sera terminé par un autre dessinateur. Nous voulons absolument qu'il paraisse, pour honorer la mémoire de Sterne qui tenait énormément à ce projet, et parce que les planches qu'il nous a livrées sont magnifiques.» Plusieurs dessinateurs avaient fait des essais pour la reprise de la série, et c'est probablement parmi eux que sera choisi le successeur de René Sterne.