«Southern trees bear a strange fruit / Blood on the leaves and blood at the root» («Les arbres du Sud portent d’étranges fruits / Du sang sur les feuilles, du sang sur les racines)... Elle est terrible, cette chanson qui dénonce le lynchage des Noirs dans les Etats sudistes. Et elle est terrible, Billie Holiday, lorsque, fiévreuse, pétrifiée, elle chante Strange Fruit d’une voix que déchirent la douleur et la colère.

Née en 1915 dans la banlieue de Baltimore, Billie Holiday se produit dès son plus jeune âge dans les bouges de Harlem. Elle veut que sa voix sonne comme la trompette de Louis Armstrong. Elle ne se considère pas comme une grande chanteuse, mais elle sait «raconter une histoire». «Elle chantait la vérité et rien d’autre.»