Il a commencé comme tout le monde en recopiant Picsou Magazine et Lucky Luke. Et comme les meilleurs de ces gosses grandissant crayon au poing, il a fait de la bande dessinée, puisque c’est de cet univers que provient son nom d’artiste, ce Blutch renvoyant au petit caporal anti-belliciste des Tuniques bleues. C’est toutefois à sa façon qu’il a taquiné les petits Mickeys, sans élire un personnage récurrent dont les exploits se déclinent au fil d’albums calibrés, mais en explorant des voies narratives de traverse, du côté du nouveau roman (Lune l’envers), du manifeste (Pour en finir avec le cinéma), et de l’illustration.

Lire aussi l'interview de Blutch:«Herbie Hancock m’a plus influencé que Franquin»