Belle nouvelle: le Renaudot 2015 revient à Delphine de Vigan, romancière chérie des lecteurs et des critiques pour «D'après une histoire vraie», subtile mise en abyme autour du réel et de la fiction. Delphine de Vigan a connu un immense succès avec son livre précédent, «Rien ne s'oppose à la nuit» (2012, Prix des lectrices de Elle) où elle racontait l'histoire de sa mère, atteint du trouble bipolaire, et d'une partie de sa famille.

Lire aussi: Delphine de Vigan: «L’écriture est un moment de vulnérabilité»

Ce succès est le point de départ de «D'après une histoire vraie». Le début du roman commence comme un récit voire le témoignage de l'écrivaine, au moment de ce raz-de-marée populaire, qui l'a laissée émotionnellement exsangue. Dans cet état de fragilité, la narratrice, qui se prénomme Delphine, va faire la connaissance d'une femme, L., qui va bientôt placer la romancière sous son emprise.

On passe ainsi, l'air de rien, de l'autofiction au thriller psychologique. On retrouve ce qui fait la marque de Delphine de Vigan: un art de décrire le quotidien par petites touches presque transparentes; une façon de captiver le lecteur fermement mais sans avoir l'air d'y toucher; de parler de la famille, des parents, des enfants. S'ajoute aujourd'hui un nouveau savoir-faire: écrire un thriller, un vrai.