Les théâtres sont des coffrets magiques où les silhouettes de nos légendes prennent corps. C’est ce que suggère D’après, le beau spectacle d’Adrien Barazzone et de Barbara Schlittler, au Loup à Genève jusqu’au 8 novembre. Quatre comédiens vibrants dans le feu de l’instant vous entraînent dans leur caverne, une chambre d’écho. Devant un micro sur pied, ils ravivent la passion tourmentée de Benoni, postier de village, pour Rosa, fille d’un pasteur, dans une Norvège où on ne se paie pas de mots, celle de l’auteur nobélisé Knut Hamsum.

Sous le charme, on l’est comme nos grands-parents, à l’époque du théâtre à la radio. Adrien Barazzone aime les fjords et les vieux postes en bakélite, avec leurs gros boutons que l’on tournait, pour se sentir partie prenante d’une communauté d’invisibles. D’après allie ses deux passions: avec Barbara Schlittler, il a adapté Benoni, roman qui sent le hareng et le crucifix; il a incrusté ce récit dans un studio de Radio-Genève, à l’automne 1940, après l’invasion de la France par l’Allemagne.