Futur antérieur

Boris Johnson, l’art de faire feu de tout bois au risque de se brûler

Le premier ministre britannique, adepte des contre-vérités et des coups de théâtre, ressemble à s’y méprendre au portrait du bonimenteur brossé par Plaute, maître incontesté de la comédie latine

On savait depuis au moins Ronald Reagan que les acteurs pouvaient entrer en politique. Et puis les hommes politiques se sont mis eux-mêmes à vouloir «faire l’acteur». Mais à quoi joue donc Boris Johnson? La question se pose légitimement devant les manœuvres désordonnées du premier ministre britannique pour imposer un Brexit à sa façon: contre-vérités, provocations, suspension du parlement et pour finir, de nouvelles élections.

Avec ça, réussira-t-il à éviter aux Britanniques les conséquences probablement calamiteuses d’une sortie de l’UE sans filet de sécurité? Ses premiers pas aux commandes ressemblent fort à une fuite en avant, qui miserait sur la politique du pire pour conjurer une situation devenue hors de contrôle. En espérant que tout cela ne paraîtra plus qu’un mauvais rêve au lendemain du 31 octobre.