Un petit tour au Tabou, cette caverne des légendes parisiennes où le jazz était un antidote à la noirceur de l’après-guerre. C’est la dernière qui sonne, ce vendredi soir et samedi, au Théâtre du Loup à Genève. Et sur scène, les musiciens Céline Frey, Jocelyne Rudasigwa, Ernie Odoom, Sylvain Fournier et Simon Aeschimann – le maestro des arrangements – célèbrent leur Boris comme si c’était l’aube à Saint-Germain-des-Prés.