Fiction TV

«Born to Kill», la série TV anglaise qui racole

Canal + diffuse dès ce lundi une minisérie anglaise sulfureuse sur un adolescent assassin. Sa cocréatrice explique la démarche. On peut juger qu’elle débouche sur une fiction d’un piteux opportunisme

En interview, on dit à Tracey Malone, cocréatrice de Born to Kill, qu’on n’a pas aimé ce que l’on a vu – deux des quatre épisodes de cette minisérie anglaise sur un adolescent tueur. Elle commence par dire qu’il «aurait fallu tout voir». A la question du caractère discutable du titre et du postulat, «né pour tuer», elle reconnaît «une part de provocation», puis elle précise: «Notez qu’en général, on pense qu’il y a des prédispositions génétiques pour certains tueurs en série. Mais je ne pense pas que l’on naisse tueur. Bien sûr que l’éducation, les parents, le parcours, ont un rôle important.»

Voilà qui est dit, mais qui ne dissipe pas le relatif malaise que peut susciter le visionnement de la minisérie Born to Kill. Des mois après cette rencontre au festival Séries Mania, on a visionné la totalité des chapitres, et le jugement ne change pas.

Sam, ado tueur

Canal+ diffuse dès ce lundi cette récente fiction de Channel 4. Elle suit Sam (Jack Rowan), 16 ans, qui vit avec sa mère Jenny (Romola Garai). Sam croit que son père est mort au champ de bataille en Afghanistan, il idéalise toujours davantage cette figure absente. En réalité, le géniteur est en prison. Il a assassiné le nouvel ami de Jenny, celui qui a élevé Sam durant quelques années. Le père doit bénéficier d’une libération conditionnelle contre laquelle lutte Jenny, tout en continuant à mentir à son fils. Sam, lui, tombe amoureux d’une fille qu’il va essayer d’entraîner dans son abysse.

Car Sam tue. On ne divulgue rien: c’est bien le programme. Bénévole dans l’hôpital où travaille sa mère, il met à mort l’un des patients. Premier crime.

La génétique sur la sellette

Le potentiel sulfureux du projet est évident. Les deux auteures tentent de dessiner l’équation du «né pour tuer» – elles vont jusqu’à faire dire à Jenny, à propos du père et du fils: «Ils sont pareils.» Tracey Malone assure qu’avec la cocréatrice Kate Ashfield, elles ont plongé dans la littérature scientifique traitant du sujet. Pourtant, voici qu’en une phrase, elles mettent à bas des décennies d’interrogations et de recherches. En sus, sans aller jusqu’au bout de leur credo.

Un film anglais qui avait défrayé la chronique: La polémique «Harry Brown» ou l’esquisse tonitruante d’une fiction de droite

Tracey Malone raconte: «A l’origine du projet, Kate et moi vivions à Los Angeles. Nous avions chacune un fils. Nous étions fascinées par la zone d’ombre de nos enfants, des enfants en général; nous voulions en connaître l’origine, si elle est congénitale ou pas. Nous avons imaginé un tueur en série qui serait vraiment humanisé – ce qui nous a menées à un enfant que l’on verrait grandir.»

Leur démarche, lance la scénariste, remonte à une question aussi simple que complexe: «D’où vient le crime? De la nature ou de l’éducation? Notre série ne va pas permettre de comprendre les tueurs en série. Mais nous voulons explorons les étapes – et si nous connaissions mieux ces étapes, peut-être que ces criminels pourraient être mieux appréhendés.» 

C’eût été mieux en brûlot

Au fond, on aurait préféré que Born to Kill soit un brûlot déterministe. Les spectateurs auraient ainsi pu l’aduler ou le conspuer selon leur point de vue, et s’écharper. Le feuilleton aurait déchiré le public, dans un débat qui ne manque pas d’intérêt. C’est ce que font les bonnes séries sur des thèmes de société.

Mais justement, les deux scénaristes ne tranchent pas pleinement. Elles font en sorte que leur personnage de jeune assassin puisse être vu aussi bien comme tueur programmé par ses gènes que comme une victime du mensonge ambiant. Tracey Malone raconte: «Nous voulions exposer l’élément d’espoir par rapport aux tueurs, le fait qu’ils épargnent certaines personnes. Dans l’esprit de Sam, son père est un héros. Il pense à la mort de son père d’une manière qui le conduit à se sentir «pas comme les autres». Il y a en lui une vulnérabilité, nous essayons de montrer son évolution. Notre intention est que le spectateur ressente une certaine compassion à son égard. Sam a un vide en lui, qu’il cherche à remplir.»

Un thriller opportuniste

Ce qui est loin du point de départ du «né pour tuer». Born to Kill apparaît ainsi comme une fiction d’un pénible opportunisme, un opportunisme vide, sans repère ni idéologie qu’il prétendrait vraiment singer.

Bardée d’attributs du thriller pour tenir en haleine les amateurs, ce qui n’empêche pas des passages tout à fait ennuyeux dès le troisième chapitre, la minisérie n’est finalement plus ce qu’elle a prétendu être, elle perd le soufre pour dégager une douceâtre odeur. C’est une série-coup, comme un coup marketing. Et il n’en reste que le souvenir d’un vain racolage.


Retrouvez tous nos articles sur les séries TV.

Publicité