Hier encore, il signalait le play-boy de série Z. L’automne prochain, il sera sur liste A.

Ainsi va la fortune du pantalon de cuir, qui sort de son enfer stylistique, sur les podiums des défilés milanais où sont actuellement présentées les collections masculines pour l’automne prochain.

Par exemple, on l’a aperçu circulant en gang chez le designer Neil Barrett, qui le fait descendre du pantalon de motard. Ou, comme en photo ici, au cœur du très beau défilé Bottega Veneta, porté avec de gros pulls ou de légers blousons, mais toujours ancré dans le sol par deux boots lourds.

A Milan, le pantalon de cuir se fait doux comme une paume et souple comme un Sioux. On le porte «loose» sur la fesse et la cuisse, comme on dit dans le jargon pour désigner un pantalon relâché sans être baggy. Et surtout pas moulé là où il ne faut pas, pour éviter l’effet «poutre apparente».

Son retour signale une mode masculine davantage inspirée par l’outdoor que par les codes du costume classique. Il atteste du relâchement du vestiaire mâle après une décennie hantée par le rock émacié et le dandysme encravaté.

 

Demain: Les bottes, sans bruit.