Bouffée de plaisir

Les contes de la rue Mouffetard, selon Doisneau

La chaleur d’une cigarette plutôt que celle d’un corps, les yeux rivés sur des pin-up. Des «créatures de rêve» photographiées rue Mouffetard en 1952, par Robert Doisneau. A l’approche des fêtes de fin d’année, Taschen publie une nouvelle monographie de l’arpenteur parisien, pensée par l’un de ses vieux amis. Au gré des chapitres défilent des écoliers, des travailleurs, des concierges ou des ivrognes. Un Paris du petit peuple confronté à quelques clichés de mode et à des portraits de célébrités. Le regard tendre et drôle du plus populaire des photographes de la capitale.

Jean Claude Gautrand, «Robert Doisneau», Editions Taschen, 540 p.