Le bouleversant sacrifice d’un père

Le monde paysan nous concerne-t-il encore? A voir le peu d’œuvres qui lui sont consacrées, on pourrait en douter. Et puis arrive un film comme C’est quoi la vie? (François Dupeyron), La Vie moderne (Raymond Depardon) ou Le Démantèlement, et on mesure soudain à nouveau d’où nous venons et où nous mène la modernité…

Mine de rien, le film de Sébastien Pilote parle de tout ça. Il se joue au Québec, mais son histoire pourrait se dérouler n’importe où. Son héros Gaby (grandiose Gabriel Arcand, frère cadet du cinéaste Denys) est un éleveur de moutons sexagénaire qui vit seul dans la ferme familiale depuis que ses filles sont parties s’installer à Montréal. Comme un peu partout, la baisse de leurs revenus contraint toujours plus de paysans à brader leurs propriétés, mais Gaby résiste. Jusqu’au jour où Marie, acculée par des problèmes d’argent, vient lui demande de l’aide…

Cherchez les femmes

Le titre laisse craindre un film «à programme», mais il n’en est rien. Sur son rythme tranquille, Le Démantèlement se dévoile petit à petit, déployant une sacrée envergure. Le troupeau dans les collines, le chien fidèle, le jeune aide, l’ami comptable, la voisine veuve: chacun compte et éclaire un peu le choix de l’homme mutique à l’avant-plan. Et puis non, c’était autre chose!

Car la raison de vivre de Gaby, ce n’est pas sa maudite ferme, ce sont ses filles. Après la visite décisive de l’aînée, on attend longtemps celle de la cadette. Stratégie payante. De la répétition générale chez un voisin jusqu’au rituel fatidique, le film approfondit son tableau: méchoui de travailleurs immigrés, visite d’appartements déprimants où se réduire, tentative désespérée de renouer avec son ex-femme, apparition de frères soudain intéressés… Mais il retient l’essentiel, qui vous saisit soudain à la gorge.

Ici, le mythe le dispute au réel, en un classicisme retrouvé. Le monde change? Qu’importe, Gaby s’adaptera. Et Ford, comme Tchekhov, resteront des modèles valables.

VVVV Le Démantèlement, de Sébastien Pilote (Canada, 2013), avec Gabriel Arcand, Gilles Renaud, Lucie Laurier, Sophie Desmarais, Johanne-Marie Tremblay. 1h52.