Certains parlent de tunnel, de lumière blanche, d’ascenseur même. Et si le sas entre le monde des vivants et celui des morts était plutôt une pièce peuplée de tabourets noirs, d’une machine à café et de cinq âmes survoltées? C’est cet étrange purgatoire qui attendait le public venu assister mardi soir à la première de Les gens meurent: une funeste lapalissade pour un spectacle en quintette signé Blaise Bersinger, Yann Marguet, Valérie Paccaud, Julien Doquin de Saint Preux et Yacine Nemra.