Adolescent sensible et intelligent, Jared (Lucas Hedges) rompt avec sa girlfriend. Ce sont les garçons qui l’attirent. Cette inclination dévaste ses parents, sa mère (Nicole Kidman) et surtout son père, pasteur baptiste. La décision est prise d’envoyer Jared se faire soigner dans un centre de thérapie de conversion.

Dans ce centre fermé s’échouent, moroses, des jeunes gens des deux sexes. Leur téléphone est confisqué. Ils doivent être accompagnés lorsqu’ils vont aux toilettes, sans doute pour éviter qu’ils ne s’adonnent à des pratiques onanistes coupables. Ils dessinent des arbres généalogiques indiquant les tares de leurs ancêtres (addictions, banditisme, communisme) dont pourrait résulter leur déviation.

Le thérapeute en chef (Joel Edgerton) prêche la parole divine. Usant d’une dialectique retorse fondée sur la honte et la culpabilité, il pratique une forme de chantage à l’amour de Dieu. «J’avais fermé mon cœur, et je le regrette. J’avais abandonné Jésus pour Satan», ânonnent les brebis égarées.

Coups de Bible

Quant aux fortes têtes, elles appellent la méthode forte, soit une forme d’exorcisme: agenouillé, le gros Cameron se fait rosser à coups de Bible par les thérapeutes, les disciples et sa famille; sa petite sœur cogne fort et sanglote de douleur face à l’emprise de Satan. Evidemment, nul ne «guérit» jamais. Le centre est une école de la simulation et de l’hypocrisie. Certains se suicident. Jared se révolte et sa mère l’arrache à cet enfer.

Acteur australien caméléonesque, tour à tour gangster sauvage dans Animal Kingdom, Ramsès dans Exodus: Gods and Kings ou petit maçon amoureux dans Loving, Joel Edgerton passe pour la première fois derrière la caméra pour Boy Erased. Se basant sur le récit autobiographique de Garrard Conley, il signe un film sobre, sensible et révoltant. Quelque 700 000 Américains sont passés par ces thérapies de conversion qu’on croyait appartenir à l’histoire. Erreur: elles sont encore autorisées dans 36 Etats. God bless America!


Boy Erased, de et avec Joel Edgerton (Australie, Etats-Unis, 2018), avec Lucas Hedges, Nicole Kidman, Russell Crowe, Xavier Dolan, 1h55.