Katia Krafft, Nellie Bly, Wu Zetian ou encore Delia Akeley. Ces noms ne vous disent peut-être rien et pourtant, ces femmes ont marqué l’histoire et font partie de la nouvelle série Culottées, diffusée sur France 5 depuis quelques semaines – et disponible sur France.tv pour les résidents français.

Les 30 femmes choisies pour cette première saison ont toutes en commun un parcours ou une vie exceptionnelle. Venant de tous les continents et de toutes les époques, elles ont révolutionné le journalisme (Nellie Bly), la technologie à l’origine du wifi (Hedy Lamarr) ou notre rapport aux animaux d’élevage (Temple Grandin). Elles ont su se démarquer, et aussi s’imposer dans des univers habituellement masculins, comme l’astronaute Mae Jemison ou la rappeuse Sonita Alizadeh. Une seule de ces héroïnes est véritablement connue du grand public: la chanteuse Joséphine Baker, qui semble être bien une des seules à ne pas avoir été invisibilisée au fil du temps.

Montrer l’«empowerment»

Le graphisme de la série épouse les mêmes codes que ceux des deux ouvrages de la dessinatrice Pénélope Bagieu dont elle est adaptée: des images très colorées, des décors souvent minimalistes. Les scènes de violence sont illustrées par des jeux d’ombres ou juste suggérées, pour que la série reste familiale.

Ces capsules d’un peu plus de trois minutes ont toutes la même structure, avec au centre un point de bascule narratif: l’empowerment, ce moment clé d’un destin, accompagné par la musique rock de Fred Avril, où la «Culottée» décide de sortir des sentiers battus, en allant à contre-courant et en faisant entendre sa voix. C’est par exemple le cas d’Annette Kellermann, qui a transformé le maillot de bain féminin en le rendant plus moulant et en favorisant ainsi la libération du corps de la femme.

Lire aussi: Pénélope Bagieu, le culot au bout de la mine

Production essentiellement féminine

C’est lors du Festival d’Angoulême de 2019 que Pénélope Bagieu a annoncé l’adaptation en animation de ses deux bandes dessinées. Ecrite sur deux ans et fabriquée en une année, cette première saison a été produite par Silex Animation et réalisée par Sarah Saidan, Phuong Mai Nguyen et Charlotte Cambon de Lavalette. Le projet est majoritairement porté par des femmes – c’est d’ailleurs l’actrice Cécile de France qui raconte en voix off ces 30 parcours de vie.

Notre grande interview de Pénélope Bagieu: «Il faut que tout le milieu de la BD se féminise»

Les deux tomes des Culottées ont été publiés en 2016 puis 2017. Vendu à plus de 450 000 exemplaires et traduit dans onze langues, ce diptyque retrace le parcours de femmes «qui ne font que ce qu’elles veulent», dit Pénélope Bagieu, qui a notamment remporté l’an dernier un prestigieux Prix Eisner, dans la catégorie meilleure édition américaine d’une œuvre internationale.