Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Brigitte Rosset.
© YouTube.com ©

Le rire de l’autre

Brigitte Rosset, humoriste sous influences

Son grand-père, Philippe Cohen, Georges Wod… D’influences, Brigitte Rosset n’en a pas qu’une. Elles sont multiples et ont chacune apporté une pierre à l’édifice de sa carrière

Qui fait rire ceux qui nous font rire? Du 9 au 16 juillet, cinq humoristes romands racontent leurs modèles et leurs sources d’inspiration dans «Le Temps»

Episodes précédents:

C’était chaque fois un jour de fête. Il venait en fin de journée, tiré à quatre épingles. Elle avait vêtu sa plus jolie robe et, ensemble, ils traversaient le parc des Bastions, à Genève, main dans la main jusqu’à l’opéra. Abonné, son grand-père y avait une place réservée et une habitude: acheter deux délices au beurre à l’entracte. Brigitte Rosset devait avoir 4 ou 5 ans, peut-être 6.

Elle nous a donné rendez-vous sur la terrasse d’un café chic de Genève et sirote un soda en songeant au passé. Pour elle, il est impossible de trouver une seule et unique influence à sa carrière d’humoriste. «Il est clair qu’elles sont multiples», commence-t-elle. D’abord, il y a eu Eric Martin, son grand-père maternel. Médecin renommé de la ville du bout du lac, on le disait grand orateur et fin chroniqueur pour la Gazette de Lausanne. C’est lui qui l’emmenait à l’opéra.

C’était des instants magiques. Les décors, les chants et les costumes étaient féeriques et son cœur de petite fille vibrait lorsque les chœurs d’enfants s’élevaient. Mais un élément lors de ces soirées lyriques l’a marquée par-dessus tout. Sur le fauteuil d’à côté, une dame, une abonnée aussi, portait un décolleté très généreux. Pour la jeune enfant, voir cette poitrine blanche, extraordinaire, se soulever au gré des respirations de sa propriétaire était un spectacle prodigieux.

Partout, le spectacle

Ce n’est de toute évidence pas cette vision qui a poussé la comédienne à monter sur scène. Mais peut-être savait-elle déjà à cette époque que le spectacle se trouvait autant sur les planches que dans le public autour d’elle.

Lire aussi: Brigitte Rosset, l’autre, c’est elle

Aujourd’hui, c’est dans les expériences de sa vie quotidienne et de son passé qu’elle tire l’inspiration nécessaire à ses créations. Son dernier solo, Carte blanche, met en scène une semaine de jeûne endurée dans les Alpes-de-Haute-Provence. Dans le prochain spectacle, prévu en octobre, aux côtés de son camarade Frédéric Recrosio, elle parlera d’amitiés et sondera ce rapport étrange que l’on partage avec nos proches.

La beauté du détail

Avant cela, elle a décortiqué les préparatifs de mariage dans Voyage au bout de la noce. Elle a ensuite évoqué les frasques de la maternité dans Suite matrimoniale avec vue sur la mère. Et, en 2011, avec Smarties, Kleenex et Canada Dry, elle a dépeint les instants aussi cocasses que bouleversants vécus lors de son séjour à la clinique des Lucioles. Sa carrière d’humoriste décolle alors qu’elle décrit une des périodes les plus rudes de son existence. L’attention portée aux détails a été une arme parmi d’autres pour sortir du marasme dans lequel elle avait plongé un instant de sa vie. «L’esprit d’analyse et d’observation permet de prendre du recul. Et pour faire de l’humour, il faut de l’air», affirme la comédienne.

A l’entendre, elle n’a jamais eu l’ambition de monter sur scène avant d’y être. Il semblerait que le théâtre se soit imposé à Brigitte Rosset naturellement. En fait, elle voulait juste se démarquer des autres. Son ambition d’abord, c’était d’être jardinière, un peu comme son autre grand-père, Edouard Rosset, passionné de botanique. C’est peut-être lui d’ailleurs qui lui a enseigné l’importance du détail, lorsqu’il courbait sa longue silhouette sur les fleurs alpines et l’exhortait à porter toute son attention sur la beauté dissimulée dans une fleur, aussi minuscule soit-elle.

Le pouvoir du rire

L’attraction de la nature était forte, mais un matin au réveil, elle découvre le pouvoir de l’humour. A une personne qui lui a demandé de quoi elle a rêvé, Brigitte Rosset, encore toute petite, répond: «De pommes de terre.» Evidemment, l’assemblée s’esclaffe. Presque autant que devant les mimiques de Louis de Funès. Brigitte, elle se sent exister. «En faisant rire les gens, j’avais l’impression d’être valorisée. J’étais la cadette d’une fratrie de quatre enfants. Il a fallu que je trouve ma place. J’ai choisi celle de la petite dernière marrante.» Plus tard, alors que ses aînés vont à l’université, elle choisit l’Ecole de commerce. Une façon de faire différemment et accessoirement d’éviter le latin. C’est là que tout commence. Dans la forme, c’est une succession de rencontres. Dans le fond, ce sont les contours d’une existence de comédienne qui se dessinent.

Philippe Cohen, rencontre décisive

Ils sont adolescents, ils forment une bande. Il y a Brigitte Rosset, Gaspard Boesch, déjà, et Laurent Nicolet aussi. Ils sont compères, ils sont complices. Ils se marrent, font des sketchs sur les profs et se filment. Un jour, dans le cadre d’une journée culturelle organisée à l’école, apparaît Philippe Cohen. L’humoriste joue à l’époque Le Cid improvisé, il prend la bande sous son aile. «Philippe Cohen nous a fait découvrir l’improvisation. Il nous a emmenés au théâtre voir François Silvant qu’il mettait en scène. Pour nous, ça a été une rencontre décisive», se souvient la comédienne.

Plus tard, l’entrée en scène de Georges Wod, alors directeur du Théâtre de Carouge, fait prendre un nouveau tournant à la vie de Brigitte Rosset. Alors qu’elle n’est pas encore professionnelle, l’homme mise sur elle et l’engage dans une tournée en Russie. Un univers s’offre à elle. Elle est fascinée. «J’étais entourée de vieux de la vieille qui avaient participé au Festival de Baalbeck au Liban.» A partir de là, plus jamais elle ne quittera la scène. Plus jamais non plus, elle ne perdra Philippe Cohen et Georges Wod des yeux.

Sans doute est-ce grâce au premier qu’elle s’est lancée dans les solos. Elle lui doit aussi ce style épuré. Lors de ses one woman shows, à elle seule et sans artifices, elle incarne une foule. Chaque personnage se distingue par un simple détail. Une ligne, une posture, un rictus. Un accessoire peut-être. Tant d’éléments qu’elle répertorie dans sa banque de données mentale ou sur les pages de ses carnets dont elle ne se sépare guère. «Les différents personnages qui s’enchaînent, c’est du Philippe Cohen», confirme-t-elle.

Au fil du temps, elle s’est constitué comme une famille sur scène. Pourrait-elle faire de l’humour en s’affranchissant de ses personnages? «Du stand-up par exemple? Non, j’ai besoin d’eux pour me cacher. Ce sont eux qui ont quelque chose à raconter.» Elle est modeste, Brigitte Rosset.


Profil

28 avril 1970 Naissance à Genève.

Septembre 1986 Entre à l’école de commerce.

1988 Rencontre Philippe Cohen.

1990 Rencontre Georges Wod.

2001 «Voyage au bout de la noce» est son premier solo.

Dès octobre 2018 Duo avec Frédéric Recrosio, «Les amis: misères et splendeur du sentiment amical».

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps