L'ethnologie moderne doit beaucoup aux îles Trobriand. C'est en étudiant la population de cet archipel corallien du Pacifique que Bronislaw Malinovski (1848 – 1943) élaborera quelques-uns des principes qui révolutionneront la discipline. Parce qu'elle domine «presque tous les aspects de la culture», la sexualité, telle que la vivent les Trobriandais, en «chose sérieuse et même sacrée», exigera de Malinovski qu'il mette au point cette méthode fonctionnelle qui fera école. Des coutumes qui accordent à la sexualité le pouvoir de transformer les faits matériels en expériences spirituelles aux institutions mises au point pour purifier la passion brutale, les pratiques sexuelles des Trobriandais – qui n'éliminent pas le plaisir – prennent ici la dimension d'une «force sociologique». Malinovski, qui avait livré dans La Sexualité et sa répression dans les sociétés primitives (1927) une vigoureuse critique de la théorie freudienne de la vie sexuelle, entendait confirmer son analyse en accordant à la sexualité un rôle déterminant de communication entre les membres d'une même communauté.