Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire

jazz

Brookmeyer ou l’art de ne pas choisir

Le tromboniste n’en fait qu’à sa tête dans une relecture truculente de la tradition

Rarement disque aura aussi bien porté son titre. Traditionalism parce que le matériau choisi ne fait pas dans le branché pétant: la plupart de ces thèmes étaient, en 1957 déjà, quasiment tombés en désuétude («Truckin’», «The Sheik Of Araby», «Ja Da», pour ne rien dire du «Sweet Like This» de son antédiluvienne majesté King Oliver). Revisited parce que ceux qui s’en emparent ne sont pas des puceaux de l’innovation: ils ont tous clairement (Jimmy Giuffre, Jim Hall) ou plus implicitement (Bob Brookmeyer) fait vœu de modernité à une époque où l’on ne plaisantait pas avec l’étiquette. C’est dire qu’on ne donnait pas cher du résultat d’un tel micmac, prévisiblement hybride malgré le sourire engageant du leader en couverture.

Démenti cinglant: ces deux faces de 33 tours, ici assorties de bonus royaux, constituent un très salutaire pavé dans la mare en ces temps de guerre du jazz où chacun était supposé choisir son camp et s’y tenir. Brookmeyer, lorsqu’il troque son trombone à pistons contre le piano, a beau glisser dans «Santa Claus Blues» quelques mesures de stride, et Jimmy Giuffre y greffer subrepticement un segment de «The Train And The River», l’unique hit de sa carrière, la musique ne concède rien à la nostalgie: elle se situe audacieusement au-dessus de la mêlée, dans un no man’s land stylistique qui renvoie dos à dos anciens et modernes.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Comment faire peur au cinéma?

Du «Voyage sur la Lune» à «La nonne» en passant par le «Projet blair witch»: comment le film d'épouvante est-il né et comment ses codes ont-ils évolué au fil du temps? Décryptage en images

Comment faire peur au cinéma?

n/a