«Sans nouvelles de Bruno Manser.» Dans son édition du 20 novembre 2000, Le Temps expliquait sous ce titre que l’écologiste et activiste bâlois, connu pour avoir vécu au contact des Penans dans la forêt tropicale de Bornéo, cette île que se partagent la Malaisie, le Brunei et l’Indonésie, n’avait plus donné signe de vie depuis le 23 mai de cette même année. Il avait ce jour-là envoyé une lettre à sa compagne, restée en Suisse, depuis le petit village de Bario.