A leur formation en 2013, les sept garçons de BTS ressemblaient à n’importe quel boys band fabriqué par l’industrie K-pop (pour Korean pop): jolis, inoffensifs, gigotant tout sourire sur des mélodies ravies. Sept ans plus tard, on ne les compare plus à personne. Des Grammies à la pelle dans leur cartable et autant de records glanés sur le web, ils remplissent les stades en un clic, démettent les caïds pop des sommets des charts, voyant leur valorisation estimée ce mois à 4 milliards de dollars. Pourquoi ce succès? La réponse se cherche du côté des fans.

Lire aussi: Le label des rois de la K-pop, BTS, fait une entrée fracassante à la Bourse sud-coréenne