World

Buena Vista Social Club, par Buena Vista Social Club

On a souvent décrit cette affaire sous l’angle du marketing. Des octogénaires qui ressuscitent les chants de leur enfance. Et le réalisateur Wim Wenders qui se retrouve sur les quais de La Havane pour filmer cette vague naissante. En réalité, tout naît d’un malentendu. Le producteur anglais Nick Gold veut enregistrer avec quelques Cubains une rencontre sénégalo-caraïbe. Les visas refusés aux Africains, le guitariste Ry Cooder se retrouve sans projet à Cuba et décide donc d’enregistrer malgré tout quelques vieux glorieux qui se trouvaient dans les parages. Comment imaginer que l’union sacrée de quelques boléros antiques puisse devenir le plus gros succès de l’histoire de la world music? Presque quinze ans plus tard, le Buena Vista reste comme un miracle de bonnes intentions partagées.

Publicité