Questions à

«Notre but? Promouvoir les cinéastes de demain»

Films courts et de qualité: c’est le credo de la Nuit du Court concoctée par Swiss Films, l’agence de promotion du cinéma suisse.

Genève accueille ce soir la première date de la tournée romande, avant Fribourg, Morges, Sion…

Quatre thématiques prometteuses sont au menu de cette 10e édition (15e pour Lausanne). Rions un peu invite à se dégourdir les zygomatiques par ces temps de crise. Best of Switzerland compile six courts helvétiques. Mandima mon amour raconte avec émotion les souvenirs d’une enfance africaine et Autour de minuit invente une esthétique futuriste.

Le Temps: Votre coup de cœur cette année?

Marcel Müller: Ce sont presque tous des coups de cœur! S’il faut en choisir un, The people who never stop. Florian Piento a utilisé une imagerie des catastrophes que l’on connaît du Japon, entre tremblement de terre et tsunami. Il montre des gens qui ne s’arrêtent jamais malgré les catastrophes. D’apparence très simple, le film reflète pleinement l’image de notre société… On ne prend plus le temps de s’arrêter, on avance, toujours et encore, malgré tout! Mais, quand on s’arrête, le moment devient magique.

– Quelle est la place des courts suisses dans la programmation?

Les courts de Best of Switzerland ont derrière eux une belle carrière à l’international. Ils ont été présentés à Cannes ou à Locarno, par exemple. On en a également glissé dans les autres programmes thématiques. On veut montrer que les films helvétiques sont de bonne qualité!

– La tournée permet aussi de promouvoir ces courts.

– Oui, c’est une des seules plateformes pour ce format, avec les festivals. Quant aux chaînes de télévision qui les achètent, elles les diffusent rarement avant minuit. Mais on veut surtout familiariser le public aux futurs noms du cinéma suisse. On espère qu’il s’en souviendra quand le réalisateur sortira son premier long-métrage.

– Vous utilisez pour la première fois le numérique…

– Oui, et c’est très compliqué! Le DCP (Digital Cinema Package – le format digital de projection) n’est pas encore tout à fait rôdé. Les films tiennent certes sur des supports très petits et légers (clé USB ou disque dur), ils sont faciles à transporter, mais les contraintes technologiques pour transférer les films sur ces supports ne sont pas encore totalement unifiées. Ça nous a posé pas mal de problèmes.

Nuit du Court, cinéma Le City, place des Eaux-Vives 3, Genève, ce soir dès 19h15. Les dates de la tournée sur www.nuitducourt.ch

Publicité