Chaque semaine de l'été, Le Temps s'arrête sur ces «nouveaux» usages du français qui nous étonnent, voire nous horripilent.

Episode précédent:

Ce n’est pas une erreur de français. C’est au pire (à lire les sautes d’humeur dispersées à son sujet sur le web) une formule «qui irrite», «qui agace». Cette expression, c’est la suivante: «ça me parle».

Que veut-elle dire, en fait? Que quelque chose (le «ça» dont on vient de parler) entre en communication avec l’énonciateur d’une manière qui reste à définir. Au-delà, en effet, on est dans le vague. C’est d’ailleurs surtout le sens de ce verbe «parler» qui est particulièrement nébuleux: «ça me parle», c’est à la fois «ça fait résonner quelque chose en moi», «c’est en synchronie plus ou moins profonde avec mon paysage mental», «ça m’inspire», et «je comprends».