Parmi tous les albums qui étalent leurs couleurs dans les rayons des librairies, ceux que nous avons sélectionnés ont au moins deux points communs. D'abord, ils ont tous un brin de suissitude: l'auteur du texte, celui des illustrations, la maison d'édition, parfois les trois, sont Suisses ou installés en Suisse. Mais, surtout, ils témoignent, avec des langages graphiques fort différents, d'un élan créateur susceptible d'entraîner à leur tour les lecteurs.

Comment faire une Baguette magique par Jean-Marie Antenen (Quiquandquoi, 2001, 36 p.)

A l'heure où Harry Potter devient le modèle absolu du jeune sorcier, il peut être bon de rappeler aux enfants que sorcellerie et féerie sont des mondes diffus et secrets dont Mme Rowling n'a de loin pas complètement décrypté tous les mystères. Bon nombre d'auteurs avant elle et après elle en ont livré et en livreront des parcelles sans jamais épuiser le domaine. Ainsi de Jean-Marie Antenen qui vient de publier, dans sa propre maison d'édition, un album intitulé Comment faire une Baguette magique. Il s'agit bel et bien d'un livre de recettes. Encore faudra-t-il trouver un couteau magique pour couper une branche à baguette! Le livre est rempli de trouvailles graphiques et de détails pleins d'humour qui amuseront aussi les grands quand ils liront par-dessus l'épaule des apprentis sorciers. Le dessin, dynamique, aux couleurs franches, rompt avec toute espèce de mièvrerie.

Les Anges gardiens par Yassen Grigorov (La Joie de lire, coll. Les Versatiles, 2001, 28 p.) Histoires naturelles par Jules Renard (texte), Yassen Grigorov (ill.) (La Joie de lire,

coll. Albums, 2001, 32 p.)

Qu'est-ce qu'un ange gardien? Yassen Grigorov propose des débuts de réponse aux jeunes curieux. On apprend, entre autres, que les anges gardiens ne sont pas tous blonds aux yeux bleus, que ce ne sont ni des fantômes ni des vampires, et qu'ils habitent dans le sourire des gens. Recherchée, l'illustration prend appui sur des pages de vieux livres et de cahiers manuscrits. Ce jeune artiste bulgare, diplômé en communication visuelle à l'Ecole supérieure d'arts appliqués de Genève, est devenu l'un des auteurs fétiches de La Joie de lire. Dans le catalogue de cet automne, la maison d'édition genevoise propose aussi un album où l'auteur s'est inspiré, avec toujours autant de délicatesse, de quelques textes des Histoires naturelles de Jules Renard.

Pozor par Anne Maar (texte), Bernd Mölck-Tassel (ill.) (La Joie de lire, 2001 32 p. Edition originale Bajazzo Verlag, Zurich, 2000, trad. Ursula Gaillard)

La taille de Pozor fait fuir tout le monde. Mais pas le tout petit Lucas, certain qu'il est né pour être dompteur. Voilà comment la maman de Lucas, qui préfère fumer des cigarettes avec des airs distingués et rêveurs que faire de l'ordre, aura bientôt chez elle un véritable chien de ménage capable de passer l'aspirateur et de faire la vaisselle. Illustrateur pour la publicité et la presse (Der Spiegel, Stern, Die Zeit, Geo, Men's Health, Playboy), Bernd Mölck-Tassel signe ici un bel album, attachant comme un gros chien aimable. Ses grands dessins aux tons pastel s'animent de quelques bulles dessinées et ses petits dessins en noir et blanc vont s'immiscer jusque dans la typographie.

Vite, vite, demain c'est Noël par Eva Tharlet (Editions Nord-Sud, 2001, 28 p.)

Les enfants lui doivent Fenouil, le lapin le plus craquant de toute la littérature jeunesse (texte de Brigitte Weninger), que Nord-Sud a décliné en posters pour orner les murs de leurs chambres. Pour cette fin d'année, Eva Tharlet offre deux histoires, dont cet album qui raconte celle d'Arthur, petit bonhomme à lunettes qui, à la veille du grand jour, est très en retard pour la fabrication des jouets. Il lui manque du matériel. Paniqué, le voilà qui se précipite en ville sur son «incroyable machine qui roule-vole-glisse tout à la fois». Pas le temps de faire la queue dans les magasins! Quelques coups de ciseaux et les passants se voient délestés de leurs boutons, pompons et moustaches. Jusqu'aux bancs qui perdent leurs clous! Il n'en fallait pas moins pour distribuer à temps les cadeaux… L'ouvrage est presque entièrement dessiné en vision plongeante avec un fourmillement de détails à observer pendant des heures.

Citizens par Hervé Graumann, Face to Face (Face à Face) par Tony Morgan, Pas permis par Michel Huelin (Quiquandquoi et Cellule pédagogique, coll. Art y es-tu? 2001, 40 p.)

Dans les verts feuillages, souriants ou tristes, se cachent des visages. Avec des ciseaux à ongles, Hervé Graumann les a découpés dans les feuilles avant de photographier la scène. Il en a fait un livre, sans un mot, un livre d'art, pour promener le regard. C'est un des trois premiers livres d'artiste pour enfants de la collection lancée par la Cellule pédagogique du Bâtiment d'art contemporain (Mamco et Centre d'art contemporain à Genève). Tous trois sont signés par des pères de famille. Aussi ludique que le premier, mais également très politique, Face to Face (Face à Face), de Tony Morgan, raconte l'histoire bilingue (anglais et français) d'une enfant née sans visage. Ses parents sauront refuser l'aide du diable et c'est le soleil qui, d'un rayon, dessinera les yeux, la bouche et le nez. Michel Huelin, lui, joue tant avec les mots qu'avec les images. Il illustre des conseils clichés du style «Ne demande pas la lune» ou «Ne retourne pas les scarabées». Un parcours se dessine, en mie de pain, en pages de journal déchirées, en perles, en cailloux… qui se termine enfin avec une recommandation sans négation: «…Fais ton chemin!»

Bagarre par Helge Reumann (Le Rouergue, coll. Touzazimute, 2001, 32 p.)

Cet ouvrage, idéal tant pour les bagarreurs de tout poil que pour les amateurs d'art graphique de tout âge, est le deuxième, après Poursuite, que Helge Reumann publie aux Editions du Rouergue. Cette fois, en utilisant la gouache sur papier et sur bois et le crayon gris (avec la complicité de Xavier Robel), en empruntant des images, en travaillant avec une machine à imprimer les tee-shirts, il offre une variété de techniques qui, toutes, donnent à voir le métier, la fabrique. On reconnaîtra dans ses dessins la patte d'un dessinateur régulier du Temps.

Et encore…

Marietta chez les clowns par S. Corinna Bille (texte), Albertine (ill.) (La Joie de Lire,

coll. S. Corinna Bille, 2001, 80 p.)

Un Pinocchio au féminin dû à l'amour que Corinna portait au pays de Dimitri. Albertine a, à son tour, été bien inspirée par ce monde de cirque et de marionnettes.

Contes d'Andersen, choisis et illustrés par Lisbeth Zwerger (Nord-Sud, 2001, 104 p.)

«La semaine de Ferme-l'œil», «La princesse au petit pois» ou l'incroyablement triste «Petite fille aux allumettes» illustrées avec une grâce et une délicatesse infinies.

Faustine et le Père Noël par Anne Wilsdorf (Kaléidoscope, 2001)

Une réédition bienvenue pour rappeler que même le Père Noël tombe amoureux…

Un train pour chez nous, par Azouz Begag (texte), Catherine Louis (ill.) (Thierry Magnier, 2001, 32 p.)

Le récent Salon du livre jeunesse de Montreuil a mis les cultures arabes à l'honneur. Parmi les livres présentés, cet album signé Azouz Begag et Catherine Louis, qui utilisent toujours l'émotion à bon escient.