PAF

Canal+ doit verser des millions d’euros à Maïtena Biraben

L’animatrice franco-suisse avait fait un passage raté au «Grand Journal». Il se révèle finalement très lucratif

Canal + a été condamnée à verser plus de 3,4 millions d’euros à l’ex-animatrice du Grand Journal Maïtena Biraben pour l’avoir licenciée en 2016 sans «cause réelle» ni «sérieuse», a-t-on appris jeudi auprès du Conseil de prud’hommes de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).

Aujourd’hui animatrice sur la radio RMC, la journaliste avait été écartée du Grand Journal à l’été 2016, à l’issue d’une seule saison, après de fortes chutes d’audience.

Maïtena Biraben, 51 ans, était entrée en 2004 à Canal+. Elle avait accepté en 2015 de prendre les commandes du Grand Journal, émission phare de la chaîne, à la demande de Vincent Bolloré, qui venait de prendre le contrôle de Vivendi, maison mère du groupe.

Lire aussi: Les Guignols sont partis, les sinistres restent

Après de fortes chutes d’audience, la journaliste avait été écartée de l’émission à l’été 2016, au bout d’une seule saison, puis licenciée pour «faute grave».

Le Conseil de prud’hommes de Boulogne-Billancourt a notamment accordé à Maïtena Biraben 2 550 000 euros au titre d’une indemnité de rupture contractuelle prévue dans son contrat de travail, 510 000 euros à titre de dommages et intérêts pour licenciement sans cause réelle et sérieuse, le paiement de son préavis à hauteur de 162 500 euros et 138 356 euros d’indemnité de licenciement, a précisé l’avocate de l’animatrice, Claire Fougea.

Maïtena Biraben réclamait 4 millions d’euros.

Canal+, contactée par l’AFP, s’est refusée à tout commentaire.

A l’issue de l’audience en juin dernier, l’avocat de Canal +, Eric Manca, avait assuré que le licenciement pour faute grave était justifié par la «déloyauté» de l’animatrice envers la chaîne.

De 1989 à 1996, Maïtena Biraben avait travaillé à la Radio suisse romande et animé plusieurs émissions sur la TSR.

Après des années de carrière à la télévision en France, elle reprend l’émission phare de Canal+, Le Grand Journal, en septembre 2015, succédant à Antoine de Caunes. Mais les audiences baissent et l’animatrice aggrave son cas en tenant des propos apparemment flatteurs pour le Front national, «premier parti de France» qui tient «un discours de vérité». En juin 2016, Canal+ annonce qu’elle quitte l’émission ainsi que la chaîne. Son départ prend alors la forme d’un licenciement pour faute grave.

Publicité