Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Une patiente reçoit une chimiothérapie à Nice, en France, en 2012.
© ERIC GAILLARD/REUTERS

Santé

Cancer du sein, jusqu’à 70% des patientes pourraient éviter la chimiothérapie

Grâce à un test génétique, elles pourraient se contenter de médicaments hormonaux après une opération pour retirer la tumeur, selon une étude conduite auprès de 10 000 femmes

De nombreux patients frappés par un cancer du sein ou du poumon peuvent éviter la chimiothérapie et ses terribles effets secondaires, selon des études publiées dimanche. Cette avancée majeure devrait bouleverser la façon dont les cancers sont soignés.

Jusqu’à 70% des femmes ayant eu un cancer du sein peuvent éviter la chimiothérapie, en fonction des résultats d’un test génétique existant, et se contenter des médicaments hormonaux habituellement prescrits après une opération pour retirer la tumeur, affirme la première étude présentée à la conférence annuelle sur le cancer à Chicago (ASCO).

Lire aussi: Le dépistage systématique du cancer du sein remis en question

Actuellement, de nombreuses femmes subissent de la chimiothérapie après l’opération chirurgicale d’ablation de la tumeur, en plus de médicaments d’hormonothérapie, afin d’empêcher le retour éventuel du cancer. Mais l’étude internationale conduite auprès de 10 000 femmes a conclu que le niveau justifiant le recours à la chimiothérapie pouvait être relevé sans risque.

«Un impact énorme sur les médecins et les patients»

Depuis des années, un test génétique réalisé sur la tumeur permettait de prédire la probabilité de récidive. Ce test donne un score, entre 0 et 100. Jusqu’à présent, la chimiothérapie était conseillée au-dessus de 25. En dessous de 10, elle ne l’était pas. Ce qui posait un dilemme aux femmes situées dans la zone grise, entre 11 et 25. L’étude a montré que pour ces femmes-là, après neuf ans de suivi, la chimiothérapie n’apportait rien.

Cela «aura un impact énorme sur les médecins et les patients», dit une coauteure de l’étude, Kathy Albain, cancérologue à l’hôpital Loyola Medicine de Chicago. «Nous allons faire reculer les thérapies toxiques.»

Avancées semblables pour les cancers du poumon

Concernant les cancers du poumon, d’autres recherches annoncent une prochaine ère où les patients verront leur tumeur analysée génétiquement. Si certaines mutations sont détectées, un médicament ciblant spécifiquement la tumeur pourra être prescrit. Autrement, le patient pourra dans la majorité des cas recevoir un traitement d’un nouveau type et en plein essor, l’immunothérapie.

Lire également: Contre le cancer, «une ultra-personnalisation des traitements»

Les médicaments d’immunothérapie aident le système immunitaire du patient à faire ce qu’il est censé faire: détecter et attaquer la tumeur. La méthode ne fonctionne cependant pas contre tous les types de cancers et peut provoquer de graves effets secondaires.

En quelques mois, grâce à une succession d’essais cliniques, c’est tout le modèle de traitement du cancer du poumon qui a été bouleversé, un changement «extraordinaire», selon un spécialiste.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo culture

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

Un soir à la rédaction du Temps. La salle de réunion est transformée en labo photo géant éclairé de rouge. Au milieu de la pièce, l'artiste Yann Marussich, rendu photosensible. Sur son corps nu se développent des titres du «Temps». 60 spectateurs assistent à l'expérience qui dure 45 minutes.

Le performeur Yann Marussich se fait imprimer Le Temps sur le corps

n/a
© Arnaud Mathier/Le Temps